Dirigeants: quelle est votre dette technique de votre entreprise?

Selon Wikipedia, la dette technique est un concept qui reflète le coût implicite du travail engendré par le choix d’une solution simple au lieu d’utiliser une meilleure approche qui prendrait plus longtemps.

Bien que ce concept soit initialement apparu dans le cadre du développement logiciel, il peut être étendu à l’ensemble du système d’information de l’entreprise.

Le site informatiquenews.fr élargit le concept de dette technique ainsi :

« La dette technique désigne le coût supplémentaire engendré par les modifications rendues nécessaires par le choix d’une solution de facilité, en lieu et place de la solution appropriée. Elle entraîne des dépenses opérationnelles plus élevées, des délais plus longs, des performances réduites, des délais de commercialisation plus longs, aucune amélioration de l’expérience client… Cette dette représente également le « manque à gagner » subi pour ne pas avoir développé l’application qui permettrait de tirer parti d’une opportunité commerciale. De fait, si les DSI consacrent la moitié de leur temps à développer et à améliorer de nouvelles applications et améliorations, 36 % de ce temps passé sont engloutis par la dette technique. »

Pour ma part, je rajouterai dans la dette technique l’utilisation d’anciennes versions de logiciels (pour quelque raison que ce soit), ou de logiciels obsolètes, en lieu et place de logiciels récents.

Tout comme pour sa dette financière, le dirigeant doit avoir connaissance de la dette technique de son entreprise. Malheureusement, ce n’est souvent pas le cas, soit  parce que personne dans l’entreprise n’a réellement pris conscience de cette dette, soit parce que l’expert informatique, qu’il soit salarié ou prestataire externe, évalue et communique incorrectement la dette technique (intentionnellement ou involontairement). Sans action corrective, la dette s’accroit avec le temps qui passe, jusqu’à ce qu’elle devienne impossible à supporter.

Nous attendons généralement d’avoir un problème important avant de consulter plusieurs experts.

Pourquoi attendre ? La connaissance et le savoir sont pourtant indispensables pour piloter notre vie et notre entreprise, et prévenir les problèmes plutôt que de les affronter en urgence.

Au final, seule la conscience peut nous conduire à prendre les bonnes décisions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires